He Ao! He Aotea! He Aotearoa!

Apres avoir echappes a une amende de 200 dollars, pour une sombre histoire de chaussures de marche non declarees, et oui on est tres a cheval sur la biosecurite ici… nous pouvons enfin emmenager dans notre campervan et partir a l´assaut des routes neo-zelandaises!

Nous mettons le cap au nord et a peine sortis d´Aukland, nous nous retrouvons en pleine campagne avec plus de moutons et de vaches que de Kiwis. Quelques heures de routes plus tard et nous atteignons notre premier parking de plage, stop pour la nuit a Pakiri Beach. L´occasion de retrouver les joies de la cuisine, apres des mois de restos-bouibouis-curry matin-midi-et-soir… Au menu ce soir, cotes d´agneaux au thym et puree de patates douces, arrosees d´un vin neo-zelandais. Tout ca avec vue sur la plage… le bonheur!

Nous continuerons ensuite pendant plusieurs jours sur la route du nord, le Cap Reinga en point de mire. Croisant sur notre chemin The Bay of Island, une baie a la cote tres decoupee, parsemee d´iles baignant dans des eaux des plus clames. Point de depart de la colonisation europeenne et repere de pirates, il est aujourd´hui difficile d´imaginer Okiato et ses 2000 ames en ancienne capitale ou la bourgeoise Russell en theatre de debauches piratesques!

Nous faisons ensuite halte a Ahipara, entree sud de la Ninety Miles Beach, 135 km de plage ininterrompue jusqu`au Cap, qui sert de route aux locaux en 4×4. Nous, on a reussi a s´ensabler sur le parking… donc on a pas teste! Nous parvenons malgre tout a atteindre le Cap Reinga, point d´arrivee des Maoris en NZ vers le XIe siecle. Dans la croyance Maori, c´est la que les ames entament un voyage de retour vers leurs origines. Ici les paysages sont magnifiques, une alternance de falaises, criques, de ports naturels et meme d´immenses dunes sur plusieurs kilometres. Nous passons la nuit dans la baie de Tapotupoto a se battre avec les moustiques, apparaissant par dizaines d´on ne sait oú, a l´interieur d´un van calfeutre. Malgre de nombreuses theories, le mystere reste entier. Nous fuyons des le lendemain, pour passer au Sud d´Auckland apres deux jours de route au travers de villes endormies, paysages fermiers, forets de Kauris millenaires, et passage de ferry sous une pluie diluvienne. On a parfois l´impression de se retrouver a une autre epoque ; ici on croise encore des panneaux indiquant la derniere station essence avant 200 bornes, tout le monde semble etre fermier ou bucheron, se retrouve le week end pour le concours de peche du coin et serait pret a faire des pieds et des mains pour vous donner un coup de main (ensablage, probleme de baterie ou fenetre coincee…merci!).

Nous nous posons donc ensuite a Waitomo, une region au sous sol comme du gruyere, trouee de nombreuses grottes. Nous en visitons quelques unes, decouvrons les milliers de vers luisants qui les peuplent, et transforment le plafond de la grotte en veritable voie lactee.

Nous rejoignons ensuite la region du Taranaki, par une nouvelle route perdue, 150 km ou nous avons du croiser dix voitures maximum. Nous faisons halte quelques jours au bord de la Surf Highway, l´ocean restera cependant desesperemment plat. Mais nous trouverons reconfort aupres d´une boulangerie francaise et d´un bon vieux Rustique dans l´epicerie fine du coin !

C´est donc en pleine possession de nos moyens que nous levons le camp. Encore une route perdue, la bien nomme Forgotten World Highway, sur laquelle se trouve la republique independante de Whangamomona, plus un coup de pub touristique pour un village aux allures de far west… Nous arrivons ensuite a Taumarunui, pour une journee de canoë sur la riviere Whanganui. Apres quelques coups de pagaie et deux petits rapides, nous croisons un couple anglo-germanique un peu en panique devant leur canoë renverse et bloque en plein milieu de la riviere au milieu de nul part. Il nous faudra donc quand meme plus d´une heure pour le debloquer a trois, la fraulein preferant pleurer sur le bord de la riviere, avant de reprendre notre periple. Nous parvenons a guider nos amis jusqu´a bon port, a la rencontre de Ronny, notre loueur, un gamin de 40 ans vivant avec sa femme et ses 6 enfants, au milieu d´une piste de moto cross, avec une autruche et des jetboats. Pour avoir joue les sauveteurs, il nous invite donc pour un tour de jetboat, un bateau avec dix cm de tirant d´eau monte sur un moteur sur-booste de jet ski. Ce qui permet de le conduire a fond dans les rapides, et d´envoyer des 360 dans les parties calmes.

Le lendemain, nous nous attaquons a la marche du Tongariro Alpine Crossing, 20 km au milieu d´un massif volcanique en activite. Partis a 7 heure sous un grand ciel bleu, le vent se leve rapidement lors de la premiere ascension et c´est dans les nuages et les bourasques que nous arrivons au sommet ou se trouvent les lacs sulfuriques couleur emeraude, le cratere rouge, fumeroles… Nous ne verrons donc pas grand chose, la puree de pois ne s´eclaircissant que tres rarement pour nous laisser voir des paysages qui semblaient magnifiques! Nous arrivons donc fatigues et surtout decus…

Apres cela, le mauvais temps s´installera definitivement pendant notre remontee vers Aukland. Nous traversons principalement Taupo et son lac au 200 000 truites pechees par an, Rotorua et ses odeurs d´oeuf pourris dues aux vapeurs sulfuriques, Waihi Beach et sa dense population de surfeurs, et Miranda et ses oiseaux migrateurs. Mais c´est surtout pour moi marque par ma premiere intox alimentaire… apres 6 mois a traverser l´Inde, le Nepal et la Chine, il y a de quoi etre enerve!

Malgre le mauvais temps, ce passage chez les Kiwis restera pour nous un vrai coup de coeur! Entre l´accueil des locaux, l´ocean magnifique, des paysages splendides a chaque detour de pistes, on comprend mieux pourquoi ils sont si pointilleux en ce qui concerne la biosecurite…

Posted in Nouvelle Zelande | 5 Comments

Bula bula. Kava kava. Bilibili. Sevusevu

Et oui, le paradis ca se merite… Il nous aura fallu donc plus de vingt quatre heures, d’aeroport en aeroport pour rejoindre les cotes fidjiennes. Nous arrivons en pleine periode cyclonique et l’humidite nous transperce a la sortie de l’avion, suivie de peu par une averse diluvienne, chants fidjiens et colliers de coquillages, Bula! Bienvenue a Fidji!

Une nuit de repit et nous embarquons le lendemain en direction des Yasawas, archipel situe a quelques encablures de l’ile principale, Viti Levu. Le trajet est magnifique, nous croisons d’abord quelques iles coraliennes dont on peut faire le tour en un quart d’heure, telles des bancs de sable perdus au milieu de l’ocean. Apparaissent a leur tour les Yasawas, veritable chaine volcanique verdoyante bordee de recifs aux eaux turquoises. S’en suit une semaine de saut de puces entre Nacula, Manta et Waya, la tete sous l’eau a espionner les poissons multicolores et a guetter le moindre aileron a l’horizon. Faute de requin, nous decidons d’aller les traquer plus au large ou leur presence est assuree… pour une sceance de “shark feeding”, qui consiste a leur agiter des morceaux de poissons sous le nez!

Nous echouons finalement sur un banc de sable reliant les iles de Waya et de Wayasewa ou est installe le Sunset Beach Resort, c’est a dire quelques cabanes en pailles tenues par les locaux et un point de vue a couper le souffle… Nous ne passerons pas au travers des ceremonies rituelles du Kava, gnole locale a base de racines de Kava. Bien que non alcoolisee, a haute dose elle dispose de vertues narcotiques, elle est donc liee au soirees d’accueil des etrangers. Le gout se rapprochant plus d’une soupe de boue, on ne risquait pas de s’y faire prendre…

Nos hotes nous invitent a une ceremonie commemorative annuelle, ou tous les villages de l’ile se retrouvent. En effet, il y a une centaine d’annees, une epidemie ravage l’archipel, seule cette ile sera epargnee. Une grande messe et un bon festin sont ainsi organises en memoire de ces evenements. Un grand moment, un accueil ultra chaleureux et des chants magnifiques!

Apres ce plongeon dans l’archipel des Yasawas, nous retournons sur Viti Levu. Sur le chemin de la Cote Coralienne, nous y decouvrons un autre visage de Fidji, loin des resorts faconnes et des shows flokloriques. A bord de vieux bus Greyhound sans fenetre, reggae a fond! Nous irons jusqu’a Suva, capitale fidjienne, plus grosse ville du pacifique avec ces 300 000 habitants. La mixite y est frappante, 50% de la population fidjienne est d’origine indienne.

Nous en profitons pour plonger au Beqa Lagoon, repute pour ses coraux et ses passages de requins.

Les photos super jetable etanche ne rendent pas mais on en a pris plein les yeux!

Fin de cette escapade paradisiaque ou la pluie n’aura finalement fait que de breves apparitions. Ce joyau du pacifique au plages paradisiaques et aux eaux cristallines ne pouvait pas nous decevoir…

Nous partons maintenant rendre visite au Kiwis pour deux semaines, a bord de notre super campervan!

Posted in Fidji | 3 Comments
  • Pays

  • Archives