Into the Wild

Nous (Sebastien V. & Benoit G.) reprennons l’écriture de ce blog à la demande de nos amis.

Ne pouvant se faire à l’idée de rentrer à la capitale française, ils ont decidé de rester parmi la faune sauvage du parc national des Los Glaciares… rejoignant ainsi les pumas, chevaux, condors et autres vaches sauvages du parc.

Damien montrait déjà quelques signes de leur metamorphose : il connaissait mieux la faune & la flore locale que les stations du metro parisien… Peut être lors de vos voyages dans la région, les verrez-vous au travers des vitres d’un bateau rempli de touristes.

Mais reprennons l’histoire au début de notre periple…

Nous les avons retrouvés sur Ushuaïa avec un peu de retard. Notre avion madrilain ayant decollé tardivement, nous avons donc passé une première nuit a Buenos Aires et revu Julie L. dans sa maison.

Le lendemain, nous les retrouvons en forme et tout dorés de leur periple dans l’”été sans fin”. Ils nous attendaient tranquillement sous le soleil de la Tierra Del Fuego, à Ushuaïa ville portuaire la plus australe du monde. 70 000 citadins et 20 000 clandestins y vivent, 4 mois seulement sans neige…

Dans l’hostel Cruz Del Sur, autour de quelques verres et de bons repas, nous échangeons les news de chacun.

Sebastien pour ceux qui le connaissent, devait lui aussi accomplir sa metamorphose… se debarasser de son énorme chignon.

Sandrine sortit ciseau & tondeuse et le voila liberé de sa protuberence capilaire.

Une fois ces différentes taches accomplies, le voyage en notre compagnie commenca…

Direction le port, là nous retrouvons un clandestin français tres sympa qui nous refile tous les bons plans du coin et ses quelques connaissances du pays (les mêmes qu’à tous les français qu’ils croisent).

Nous partons donc dans l’apres midi sur son bateau faire un tour sur le Canal de Beagle à la rencontre des otaries et autres lions de mer.

Apres une balade sur un ilôt où l’on nous presenta des plantes centenaires, cousines de nos carotes, nous finissons par voir apparaitre dans l’étrave du bateau des phoques jouant dans nos vagues. Nous atteignons ensuite le rocher à l’entrée du Canal de Beagle où la colonie a pris ses habitudes.

Le lendemain sur les bons conseils du français, nous louons une petite voiture direction le parc du bout du monde. Ici tout à le label “Fin del Mundo”. Paysages magnifiques et variés, nous avons un avant goût des grands espaces, faunes et flores que nous allions traversé…

Benoit nous entraina dans les magasins de pêche pour obtenir un permis pour le voyage… il s’averait plus intéressé par les radiateurs aluminium du magasin que les supers promotions de sorties de pêche à 300 dollars US la journée…

De retour en ville, nous rencontrons aventuriers de l’antarctique échoués dans ce port, travellers de toutes nationalités et fashions locaux (slim & coupe Tony oblige). Nous prennons des infos pour les futurs spots nous interressant.

Apres peu de discussion, nous louons une autre voiture… plus grosse et plus locale : un pick up Toyota 4×4.

Et voici quatre gamins entreprennant la remontée de la mythique route 40.

Direction Punta Arenas au Chili, traversant les grands espaces forestiers & désertiques de la Terre de Feu, nous arrivons au poste frontière argentin plutôt froid, puis nous nous retrouvons au milieu du poste chilien à faire des sandwiches avec nos denrées alimentaires… charcuteries, fruits et légumes ne passant pas la frontière, un douanier nous conseillera de les mettre entre deux tranches de pain sous les fous-rires des locaux.

Après de longues heures de pistes mouvementées par les nids de poules, flaques d’eau et bèbètes locales… les guanacos sont une des quatres espèces de lama (camelide sud américain) ; nous traversons de nuit le détroit de Magelan sur une barge. Arrivée à notre première destination chilienne, une mamie nous ouvre les portes de son gîte pour la nuit.

Au petit matin, nous continuons la route vers Puerto Natales, ville préparatoire des treks dans le parc national de Torres del Paine.

Nous avons pour notre part la surprise de recroiser certains voyageurs rencontrés à Ushuaïa… C’était l’habitude de nos deux world-travellers qui croisent et recroisent les gens dans les différents pays, en effet chacun munis des mêmes guides (Lonely Planet, Routard & Petit Futé) font les mêmes stops.

Temps pluvieux, nous abandonnons l’idée de ce trek et filons direct en Argentine vers El Calafate et le parc national des glaciers.

Re-traversée de la frontière, au milieu de nulle part ; nous dérangeons la douanière chilienne en plein soap TV local qui nous expédie rapidement… ensuite les douaniers argentins nous acceuillent en plein film d’horreur. L’un d’entre eux fini par s’occuper de nous, par intermitence avec les scènes du film, il abrège nos formalités : avis aux braconniers et autres trafiquants, regardez le programme télé avant de passer votre contrebande.

Arrivée à El Calafate, ville touristique au pied du lago Argentina ; accueil chaleureux dans l’hotel America del Sur. Cette ville a des allures de station balnéaire, eau turquoise, jeunes branchées et attrape touriste hors de prix…

Cette ville est mythique pour ces glaciers et notament celui de Perito Morino.

Nous entamons donc une visite sur un catamaran plein de touristes où après nos traversés en solitaire, nous trouvons difficilement nos marques… au cours de ce voyage, un marin nous sort un tout petit iceberg pour que les spectateurs aillent s’acheter un verre de Whisky et le deguster avec un glaçon préhistorique. Mais nous sommes restés bluffer par ces spectacles glacés.

Le lendemain, muni de notre permis de pêche, nous partons direction le bleu lago Roca… Nous, (Benoit et Seb) grands pêcheurs devant l’Éternel attrapent deux truites (une arc en ciel et une autre des lacs).

Fin de journée, direction El Chàlten au pied du mont “Fitz Roy”… les poissons dans le pick up ont fait la surprise et le suplice des autres hosteliers… nous les avons préparés en filet et parfumé toute l’auberge.

Ce petit village de montagne permet d’entreprendre une multitude de balades. Nous avons passé notre première journée à la recherche des supers grosses truchas (truite en espagnol) du coin mais maglrès notre insistance nous rentrons bredouille… mais traverser des coins magnifiques où les vaches sont redevenues totalement sauvages. Nos deux amis non-conducteurs (Seb et Sandrine) nous ont fait la démonstration de leur talent de pilote sur pistes… nous étions un peu effrayés mais ils s’en sont très bien sortie… (la voiture aussi).

Après cette journée ensoleilée, nous entamons le lendemain, un trek en direction du mont “Fitz Roy”. Nous avons mal choisi notre jour pour ce chemin et marchons des heures sous des trompes d’eau et des vents puissants. Benoit fut le seul á garder les pieds au sec… (semelles compensées et chaussures montantes ultra perfectionnées).

Nous avons tenté de mettre a jour ce blog plutôt mais les mauvaises ou l’absence de connections durant notre route nous en ont empêché. La ville d’El Chàlten se connecte par satellite et le faisceau est perturbé par les vents violant (ici 300 jour par an).

Rassurez vous nos deux amis World-Travellers sont toujours parmi nous et reprendrons l’écriture de ce blog très prochainement…

Posted in Argentine, Chili | 5 Comments

On dirait le sud…

Que le monde est petit. Après s’être rencontrés en Inde, ratés en Nouvelle Zélande, c’est dans l’une des innombrables auberges de Santiago, que nous tombons complétement par hasard sur Nadège et Gaëlle, deux tourdimondistes que le plaisir de revoir retarde notre échappée vers le Sud.

Nous sommes désormais le 1er Avril. Le compte à rebours est lancé, nous avons 15 jours pour atteindre Ushuaïa, 2500 km plus au sud, à la rencontre de Benoit et Seb, venus rejoindre la team l’Aventure C’est l’Aventure pour 4 semaines de vadrouille argentine.

Tout d’abord, détour obligatoire par Valparaiso, où nous passons deux jours à flaner dans les ruelles abruptes des collines multicolores. Etape bien trop courte pour profiter pleinement de cette ville à l’atmosphere bohème, et surtout des petits dejeuners de Janak à l’auberge Luna Sonrisa.

Nous filons ensuite vers Pucon, à bord d’un bus de nuit des plus confortables, ça nous change de l’Asie…, et encore nous n’étions pas en classe Cama (Lit) , où les sieges s’inclinent totalement. Mais notre arrivée à Pucon relève plutôt d’un mauvais film de série Z, une auberge déserte et glaciale, aux longs couloirs lugubres, tenue par la petite soeur de Jean Pierre Tombale… Au point que lorsque la première fuite nous reveille par cette nuit d’orage nous hesitons deux secondes avant d’allumer la lumière. Nous fuyons quelques heures et nouvelles fuites plus tard pour un chaleureux chalet, histoire de mieux vivre les 4 jours de pluie qui nous attendent. Une fois de plus avec un petit dej succulent, non, non, on ne les choisit pas pour ça, parole de Sandrine… Au premier rayon de soleil, nous enfilons nos godillots pour le parc national Huerquehue, avec sa forêt d’araucarias et ses multiples lacs, paysage féerique et dépaysement total après les déserts du Nord chilien. Et le volcan Villarica se dessine enfin à l’horizon.

Etape suivante, et tant attendue, Chiloé et ses eglises de bois classees au patrimoine mondial Unesco. Comme entre autres pour ses 300 jours de pluie par an, l’archipel nous offre 5 jours de soleil radieux. Chaque matin nous permet d’apprecier le lever de soleil brumeux depuis notre chambre avec vue. Nous profitons ensuite des copieux petits dejeuners (encore ?!!) de Martha et Jorge. Pour enfin partir à la decouverte des pueblos alentours, chacun possedant son eglise en bois, plus pittoresque que la precedente. Vers midi, il est temps de prendre la direction du port et des étals de pêcheurs pour deguster ceviche de saumon, merlu ou fruits de mer. Nous digerons au soleil, observant lions de mer et duphins s’ebattant dans la baie. La journée se finit auprès du feu un verre de vin chilien à la main. Cinq jours sympathiques donc…

Nous sommes le 13 Avril, il est temps de prendre avion et bus pour rejoindre Ushuaïa, certainement un des plus beaux voyages qu’on ait jamais fait : 2 heures de vol au dessus des Andes, plongeant dans l’océan pour former les fjords patagons, puis 12h de bus au travers de la Terre de Feu, recouvertes de forêts automnales et de plaines désertiques. A suivre…

Posted in Chili | 7 Comments
  • Pays

  • Archives