Et moi, et moi, et moi…

Apres un passage de frontiere eclair, nous testons le premier train de nuit chinois en “coucher dur”. Pas si dur que ca… avec une couette moelleuse et un wagon restaurant des plus kitsh, on est bien! Nous arrivons donc a Yangshuo, dans la province du Guangxi, petit village de 300 000 ames, celebre pour ces paysages karstiques.

Directement plonges dans le tourisme de masse chinois, nous etouffons. Les rabatteuses a chaque coin de rue essaient de nous vendre leur balades en bateau, qui se transforment en embouteillage sur la riviere. La ville est squatte par une communaute d’expat qui passe plus de temps dans les pubs qu’ailleurs… et un festival de la Peche sans queue ni tete, exclusivement invente pour attirer plus de touristes, en quete d’un concours de biere…

Decus, nous partons a l’assaut des minorites ethniques entre le Guangxi et le Guizhou.

10h de bus plus tard, soit 120 kilometres plus loin, nous arrivons a Chenyang en territoire Dong, village payant comme 90%  des villages ethniques. On se rapproche ici d’une veritable authenticite. Les Dongs sont de sympathiques villageois, monomaniaques de la construction en bois. Ils passent donc leur temps a construire d’immenses maisons (vides?), de magnifiques “Ponts de la pluie et du vent” ainsi que des “Tours du tambours”, autrefois utilisees pour communiquer entre villages, desormais lien social et Casino Majong! Les Dongs, accueillants et surnois, savent comment vous attendrir grace a quelques petits vieux aux yeux rieurs, et vous soutirer quelques yuans pour la renovation des ponts… (ou une partie de majong en plus…?).

Rencontre avec Luo, qui nous invitera chez lui et nous guidera au prochain village Dong lors d’une marche dans les collines.

Malgre cette etape sympathique, nous nous perdons par la suite dans notre quete culturelle. Bus interminables, connexions manquees, crevaisons sur des routes cahotiques, pour arriver a des villes de bord de routes polluees et sans grand interet, ou nous passons pour des ovnis. Notre tentative d’y echapper en visitant Xijiang, village voisin de l’ethnie Miao, nous laisse perplexe. Ici, il n’y a pas un epi de mais qui depasse, chaque rue est gravee sur de mignones plaques de bois, les maisons bordant la riviere et l’entree du village sont en fait de simples decors de facades, personne n’ y vit… Nous nous attendons a voir sortir un lutin a chaque coin de ruelle, bienvenue a MiaoLand. L’hiver et la lassitude s’installant nous decidons sur la route du Yunnan de rejoindre des contrees plus chaudes, direction le Laos.

La Chine restera pour nous une deception, surement en attendions nous trop, et n’etions pas prepare a cette rencontre avec le tourisme chinois, principalement concu pour les chinois et les tours organises. La barriere de la langue n’est pas negligeable ici plus qu’ailleurs, et sorti de HK qusiment personne ne parle anglais, ce qui ne facilite pas les rencontres, malgre nos tentatives infructueuses d’apprentissage du mandarin. Heureusement que de fabuleuses et diverses soupes de nouilles furent toujours a portee de baguettes pour nous rechauffer.

This entry was posted in Chine. Bookmark the permalink. Trackbacks are closed, but you can post a comment.

One Comment

  1. Posted December 20, 2008 at 11:29 pm | Permalink

    Nous venons de rêver à nouveau en nous replongeant dans vos photos de HK et de Chine ainsi que vos commentaires plein d’humour et qui font travailler notre imaginaire. J’espère que le Laos est à la hauteur de vos attentes. Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de noël et vous faisons de gros bisous
    Evelyne et Paul

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • Pays

  • Archives